Afrique centrale

  • drapeau_camerounCameroun

      Assistance technique au programme d’appui au secteur de la justice (PAJ)

      Lancé en 2010 pour une durée de 55 mois, ce programme, financé par l’Union européenne à hauteur de 17 000 000 d’euros, a pour objectif l’amélioration du cadre institutionnel camerounais dans sa dimension juridique et judiciaire afin de promouvoir l’Etat de droit et de favoriser le développement socio-économique du Cameroun.

       

       

      Ce programme s’articule autour de 5 composantes :

      - Renforcement de la justice commerciale et promotion du droit OHADA ;

      - Amélioration du fonctionnement de la justice administrative ;

      - Renforcement des capacités du personnel judiciaire ;

      - Modernisation du système normatif ;

      - Mise en place d’un meilleur accès à la justice pour les opérateurs et agents économiques marginalisés.

       

       

      Le GIP JCI, chef de file en partenariat avec l’opérateur privé français Louis Berger, gère la partie dédiée à l’assistance technique et dotée d’un budget de 2 300 000 euros. Le GIP JCI et l’équipe locale – composée de 8 personnes avec à sa tête un chef d’équipe issu de la profession d’avocat – assurent la mise en œuvre de ce programme transversal et pluridisciplinaire grâce aux contributions d’experts de très haut niveau issus de toutes les professions du droit.

       

       

      Au Cameroun, 4226 professionnels de la justice ont déjà pu être formés, dont :

      • 586 magistrats ; 211 greffiers ; 2632 avocats ; 442 huissiers de justice ; 229 notaires et clercs de notaire ; 114 opérateurs économiques et 12 autres professionnels de la justice. 

       

       

      En France, 127 professionnels de la justice camerounaise ont pu bénéficier de formations, dont :

      • 52 magistrats ; 67 avocats et 8 huissiers de justice. 

       

      Contact - Catherine Brou : catherine.brou@gip-jci-justice.fr

  • drapeau_centrafriqueRépublique Centrafricaine

      Assistance technique long terme pour la mise en œuvre du programme de « Réhabilitation des secteurs de la justice et de la police »

      Ce programme, doté d’un budget de 1 800 000 euros, a débuté en juin 2012 pour une durée de 32 mois. Il a pour objectif de soutenir les efforts engagés au niveau gouvernemental dans le prolongement de la réforme du secteur de la sécurité, pour renforcer l’Etat de droit. CIVIPOL, opérateur du ministère de l’Intérieur, est chef de file du consortium constitué par le GIP JCI, la FIIAPP et la Direction de la coopération internationale du ministère de l’Intérieur.

       

       

      Ce programme s’articule autour de 3 composantes :

      - Soutien à l’administration de la justice ;

      - Renforcement de l’administration pénitentiaire dans le respect des règles et principes internationaux ;

      - Professionnalisation de la police.

       

      Destiné à renforcer les mécanismes de coopération entre magistrats et officiers de police judiciaire, il a aussi pour objectif d’identifier des programmes de formation continue à destination des magistrats, des greffiers, des huissiers de justice et des officiers de police judiciaire. Les formations sont plus particulièrement consacrées à l’amélioration du fonctionnement de la justice. Les missions organisées en 2014 ont porté sur la restauration de la chaîne pénale, la pratique professionnelle des greffiers et la formation continue pénitentiaire en République Centrafricaine, suite à la mission d’audit fonctionnel du Tribunal de Grande Instance de Bangui intervenue en septembre 2012.

       

      Dans les perspectives de ce programme qui entame sa dernière année en 2015, les missions d’expertise devraient se poursuivre. Il est prévu notamment de mettre l’accent sur l’audit du ministère Centrafricain de la Justice, sur la formulation de la politique et stratégie sectorielle de la Justice, sur l’organisation et le fonctionnement du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) et l'Inspection Générale des Services Judiciaires (IGSJ) en République Centrafricaine.

       

      Contact - Catherine Brou : catherine.brou@gip-jci-justice.fr

  • drapeau_roumanieTchad

      Appui technique à la formation des formateurs en administration pénitentiaire et réinsertion sociale au sein de l’école nationale de formation judiciaire (ENFJ)

      Lancé en décembre 2012 pour une durée de 3 mois, ce programme, doté d’un budget de 92 000 euros, a pris fin en mars 2013. Son objectif était de contribuer à la consolidation de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance au Tchad par la réforme du système pénitentiaire, dans le cadre du programme global de réforme de la justice (PARJUST).

       

       

      Plus spécifiquement, son objectif était de rendre opérationnel un vivier de formateurs afin d’assurer l’appropriation et la pérennisation de l’appui technique résultant de l’expertise dispensée.

       

       

      Le GIP JCI, opérant pour le compte de l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire, a mobilisé 12 fonctionnaires pour l’organisation de sessions de formation généralistes et spécialisées sur la sécurité, la réinsertion ainsi que sur l’administration et greffe pénitentiaires.

       

       

      Contact - Axel Gamet : axel.gamet@gip-jci-justice.fr