Algérie – Le PASJA sous confinement, entre préservation des acquis et maintien d’une dynamique structurante pour la reprise et au-delà

« A l’heure où le confinement a été décidé en France comme en Algérie, le projet arrivait à une étape charnière pour la période mars-avril 2020. La dissymétrie observée entre les deux pays, qui connaissent une évolution en décalé de l’épidémie, apparait comme un facteur de complication.

Pour pallier du mieux que possible à ceci, les axes de travail de l’équipe-projet durant la période de confinement ont été rapidement priorisés : préserver les acquis d’un travail intense réalisé au cours des derniers mois, en articulation avec les actions intervenant au cours de la période concernée, et également travailler sur le futur afin de maintenir une dynamique productive dans la réalisation des objectifs du projet.

C’est donc dans ce contexte particulier que le PASJA a démarré un fonctionnement en mode « gestion confinée » et « contacts à distance », en obligeant l’équipe-projet à se réorganiser et à s’adapter à une situation évolutive.

Dès lors, une forte communication de l’équipe-projet vers le Bénéficiaire a été mise en œuvre. Il s’agit avant tout de pouvoir informer rapidement sur l’annulation des actions prévues parfois depuis longtemps et attendues par tous. Cette communication a été conduite à plusieurs niveaux et se poursuit depuis lors, notamment : à travers le Coordonnateur du projet vers le Directeur de programme, les Directeurs des institutions bénéficiaires et la DUE, mais aussi des experts vers les points focaux des institutions bénéficiaires.

Le PASJA peut également compter sur le personnel encore présent en Algérie, ce qui permet de disposer d’un retour en « temps réel » sur l’évolution de la situation en Algérie.

L’engagement de chacun dans une période difficile pour tous est à saluer. L’ensemble des partenaires fait preuve d’une grande flexibilité dans sa disponibilité, tant pour les visio-conférence, les contacts téléphoniques ou autres, que pour sa réactivité lorsqu’il est sollicité pour donner une opinion, amender un document, etc. »

Damien Romestant, Coordinateur de projet

Actualités liées